La Recherche Paramédicale du Grand-Ouest

Dressings and securements for the prevention of peripheral intravenous catheter failure in adults (SAVE): a pragmatic, randomised controlled, superiority trial

THE LANCET  VOLUME 392, ISSUE 10145P419-430, AUGUST 04, 2018

Dressings and securements for the prevention of peripheral intravenous catheter failure in adults (SAVE): a pragmatic, randomised controlled, superiority trial

Prof Claire M Rickard, Nicole Marsh, Prof Joan Webster, Naomi Runnegar, Emily Larsen,  Matthew R McGrail

Published:July 26, 2018
Summary
Background
Two billion peripheral intravenous catheters (PIVCs) are used globally each year, but optimal dressing and securement methods are not well established. We aimed to compare the efficacy and costs of three alternative approaches to standard non-bordered polyurethane dressings.
Methods
We did a pragmatic, randomised controlled, parallel-group superiority trial at two hospitals in Queensland, Australia. Eligible patients were aged 18 years or older and required PIVC insertion for clinical treatment, which was expected to be required for longer than 24 h. Patients were randomly assigned (1:1:1:1) via a centralised web-based randomisation service using random block sizes, stratified by hospital, to receive tissue adhesive with polyurethane dressing, bordered polyurethane dressing, a securement device with polyurethane dressing, or polyurethane dressing (control). Randomisation was concealed before allocation. Patients, clinicians, and research staff were not masked because of the nature of the intervention, but infections were adjudicated by a physician who was masked to treatment allocation. The primary outcome was all-cause PIVC failure (as a composite of complete dislodgement, occlusion, phlebitis, and infection [primary bloodstream infection or local infection]). Analysis was by modified intention to treat. This trial is registered with the Australian New Zealand Clinical Trials Registry, number ACTRN12611000769987.
Findings
Between March 18, 2013, and Sept 9, 2014, we randomly assigned 1807 patients to receive tissue adhesive with polyurethane (n=446), bordered polyurethane (n=454), securement device with polyurethane (n=453), or polyurethane (n=454); 1697 patients comprised the modified intention-to-treat population. 163 (38%) of 427 patients in the tissue adhesive with polyurethane group (absolute risk difference −4·5% [95% CI −11·1 to 2·1%], p=0·19), 169 (40%) of 423 of patients in the bordered polyurethane group (–2·7% [–9·3 to 3·9%] p=0·44), 176 (41%) of 425 patients in the securement device with poplyurethane group (–1·2% [–7·9% to 5·4%], p=0·73), and 180 (43%) of 422 patients in the polyurethane group had PIVC failure. 17 patients in the tissue adhesive with polyurethane group, two patients in the bordered polyurethane group, eight patients in the securement device with polyurethane group, and seven patients in the polyurethane group had skin adverse events. Total costs of the trial interventions did not differ significantly between groups.
Interpretation
Current dressing and securement methods are commonly associated with PIVC failure and poor durability, with simultaneous use of multiple products commonly required. Cost is currently the main factor that determines product choice. Innovations to achieve effective, durable dressings and securements, and randomised controlled trials assessing their effectiveness are urgently needed.
Funding
Australian National Health and Medical Research Council.

Journées de formation du CNCR

Nous vous informons que les inscriptions sont désormais ouvertes pour les 3 formations suivantes dont le Comité National de Coordination de la Recherche est partenaire et co-organisateur :

  • Journées de Formation-Action PHRIP : j’écris mon premier article scientifique (11-12 mars 2020 à Paris)
  • Coûts, surcoûts et facturation dans une étude clinique : calculs, pratiques et enjeux (24-25 mars 2020 à Paris)
  • PHRIP : je me lance dans la recherche (27 mai 2020 à Paris) pré-inscriptions

Vous trouverez ci-dessous les programmes de ces journées. Chaque programme comporte un lien via lequel vous pourrez vous inscrire ou vous préinscrire, n’hésitez pas à le faire suivre et le diffuser autour de vous et parmi les équipes susceptibles d’être concernées !

Ces formations sont portées par l’Université Toulouse III Paul Sabatier (organisme de formation agréé) et rentrent dans le cadre de la formation continue.

Appel à projets GIRCI GO 2020 – Recherche Paramédicale (RPM)

PRESENTATION DE L’APPEL A PROJETS

Le GIRCI Grand Ouest a pour rôle de mettre en réseau les acteurs de la recherche en santé sur l’ensemble des 3 régions Bretagne, Centre-Val de Loire et Pays de la Loire, en s’appuyant sur les 6 directions à la Recherche Clinique et Innovation (DRCI) qui maillent l’ensemble du territoire interrégional.
Afin de favoriser le développement de la recherche clinique, de promouvoir le développement de la recherche paramédicale et d’encourager l’émergence de nouveaux projets et de nouvelles compétences au sein de HUGO, le GIRCI grand Ouest pérennise son appel à projets annuel en direction des professionnels paramédicaux.
Son objectif est de soutenir le projet d’un chercheur de profession paramédicale exerçant dans l’interrégion Grand Ouest.
Il favorise les projets innovants et originaux mettant en synergie plusieurs structures de l’interrégion.
L’appel à projets est doté d’une bourse unique de 25 000 euros. Il est destiné à soutenir un projet de recherche au sein du territoire HUGO.

DIFFUSION DE L’APPEL A PROJETS

La coordination du GIRCI informe du lancement du présent appel à projets les directions des CH, CHU, CHR, les Etablissement Publics de Santé Mentale (EPSM), les Agences Régionales de Santé (ARS), les Universités et les facultés de médecine de l’interrégion. Les directions sont invitées à relayer cet appel à projets auprès de leurs investigateurs.

CRITERES D’ELIGIBILITE DES PROJETS

Le porteur du projet

  • De profession paramédicale (Infirmiers ; masseurs-kinésithérapeutes ; diététiciens ; pédicures-podologues ; ergothérapeutes ; psychomotriciens ; orthophonistes ; orthoptistes ; manipulateurs d’électroradiologie médicale ; techniciens de laboratoire médical ; audioprothésistes ; opticiens-lunettiers ; prothésistes et orthésistes pour l’appareillage des personnes handicapées)
  • A tout stade de sa carrière
  • Non lauréat de l’AAP RPM antérieurement ou d’un PHRC DGOS.

Le Projet

  • La thématique est libre mais l’étude doit être une étude de recherche clinique
  • Le projet soutenu ne peut avoir débuté avant septembre 2020
  • Le projet doit se dérouler principalement dans l’interrégion
  • Le projet peut être monocentrique, mais la participation de plusieurs centres de l’interrégion HUGO est vivement souhaitée
  • Le projet doit être promu par un CH, CHU ou CLCC.

Le financement

  • Financement : 25 000€ maximum
  • Le financement HUGO doit être le financement principal du projet. Mais un cofinancement complémentaire inférieur au montant demandé dans le cadre de cet appel à projet est possible
  • La participation de partenaires étrangers et/ ou privés dans le projet est possible dans la mesure où ceux-ci assurent leur propre financement.

La subvention RPM vise à sensibiliser les paramédicaux à la recherche en prenant en charge le financement direct de la réalisation de leur projet de recherche.
La subvention peut donc être destinée à financer :

  • Les tests biologiques (biomarqueurs, imagerie…) et pharmacocinétiques associés
  • La promotion académique de l’essai (démarches administratives d’ouverture de l’essai assurance, création de CR, monitoring, temps TRC, ARC, etc.
  • Le temps du coordonnateur de projet
  • Les dépenses de matériel paramédical pour les besoins du projet plafonnées à 600 € HT par matériel (sans amortissement)
  • L’achat de logiciel informatique ou périphérique spécifique à la recherche dans la limite de 1000 € TTC (hors tablette/ordinateur)
  • Des frais de fonctionnement incluant les consommables
  • Les frais de publication des résultats de l’étude plafonnés à 1 000 € TTC

De ce fait, les financements suivants sont non éligibles :

  • Les frais de gestion ou de structure
  • Les frais de scolarité
  • Des frais liés à l’organisation d’une manifestation ou d’une formation

CALENDRIER DE L’APPEL A PROJETS DU GIRCI GO

Les DRCI peuvent moduler ce calendrier en fixant des dates de retour en amont de celles du GIRCI. Le porteur doit prendre contact avec sa DRCI de référence avant toute soumission en pour prendre connaissance et s’y conformer.
Les projets retenus à chaque étape de l’instruction seront annoncés sur le site du GIRCI Grand Ouest et chaque candidat recevra une réponse par courriel avec copie à sa DRCI.

SELECTION DES PROJETS

Procédure de sélection

La sélection des projets se fera en trois étapes :
1/ Les lettres d’intention seront expertisées par la commission d’évaluation scientifique du GIRCI GO pour une étape de présélection.
2/ Les porteurs de projets des dossiers présélectionnés seront invités à établir un dossier de candidature complet qui sera soumis à des experts choisis hors HUGO.
3/ Les dossiers classés seront ensuite soumis à la commission d’évaluation scientifique du GIRCI GO pour la délibération finale.

Critères d’expertise

La sélection des dossiers est fondée sur l’ensemble des critères suivants :

  • Le respect des critères d’éligibilité.
  • La qualité scientifique du projet : originalité ; pertinence de la question posée; positionnement national et international ; impact scientifique et médical potentiel.
  • La construction du projet : clarté des objectifs et de leurs critères d’évaluation ; qualité de la méthodologie ; analyse statistique ; critères d’inclusion et d’exclusion ; compétences et capacité de recrutement des centres participants ; pertinence des technologies utilisées ; organisation du projet et moyens mis en oeuvre ; crédibilité de l’échéancier.
  • Le consortium / l’environnement scientifique : compétences de l’équipe du porteur de projet et des équipes associées; cohérence et complémentarité entre les équipes associées; qualité et faisabilité du plan de travail ; capacité du porteur de projet à gérer le projet ; environnement scientifique et technologique.
  • Les aspects administratifs et éthiques (le cas échéant) : pertinence de la méthodologie concernant la sécurité ; engagement du promoteur à s’assurer que l’étude se déroule selon les bonnes pratiques cliniques. Identification du promoteur de l’étude clinique, nature de l’étude.
  • La demande budgétaire : adéquation de la demande financière au projet scientifique; pertinence des frais de fonctionnement demandés.

MODALITES PRATIQUES DE SOUMISSION

Soumission des lettres d’intention

Le porteur du projet doit déposer la lettre d’intention par voie électronique à sa DRCI référente selon le calendrier propre à chaque DRCI.
Les DRCI adressent les LOI au GIRCI à : CePotier@chu-angers.fr et MaGuyon@chu-angers.fr sous format PDF avec toutes les annexes jointes au corps du dossier selon le calendrier spécifié ci-dessus.
Le nom du fichier « dossier de candidature » est composé comme suit :
Ville de la DRCI_NOM du porteur de projet_RPM2020.pdf
Exemple : ANGERS_DUPONT_RPM2020.pdf
Cette étape est indispensable en préalable à tout dépôt de dossier.
Les documents à fournir sont les suivants :

  1. La lettre d’intention type RPM 2020 du GIRCI GO (en annexe 1)
  2. Le CV du porteur coordonnateur (2 pages maximum) (modèle en annexe 5)
    Toute lettre d’intention incomplète ou envoyée hors délai au GIRCI GO sera jugée non recevable.
    Les documents sont accessibles sur demande auprès du GIRCI GO par email : CePotier@chu-angers.fr ou MaGuyon@chu-angers.fr ou sur le site http://www.girci-go.org
    Si, après avoir soumis une lettre d’intention, le porteur de projet souhaite retirer son projet et ne pas déposer le dossier complet, il doit en informer sa DRCI et le GIRCI par email.

Soumission des dossiers complets

Après confirmation de la recevabilité de la lettre d’intention, les porteurs de projets devront transmettre un « dossier complet » à leur DRCI selon le calendrier propre à chaque DRCI.
Les DRCI adressent les dossiers complets au GIRCI à CePotier@chu-angers.fr et MaGuyon@chu-angers.fr selon le calendrier spécifié au paragraphe 4.
Le dossier complet devra comporter :

  1. Protocole (format PDF et documents annexes)
  2. Lettre d’intention type (annexe 1 déjà fournie lors de la pré-sélection, à resoumettre uniquement si la lettre initialement déposée est mise à jour)
  3. Annexe financière (annexe 2)
  4. Le schéma théorique de déroulement de l’étude (ex : modèle DGOS Excel ou autre format reprenant les étapes clés – soumissions réglementaires / début des inclusions / fin des inclusions / analyse des données / valorisation – publication)
  5. La lettre d’engagement des centres associés (modèle de lettre d’engagement de centre associé en annexe 3)
  6. La Lettre d’engagement des co-financeurs si applicable (modèle de lettre d’engagement de co-financeur en annexe 4) (si applicable : exemple : DRCI, industrie, etc…).
  7. Le CV et le courrier d’engagement du méthodologiste impliqué (modèles en Annexe 5 et 6)

Chaque fichier transmis au GIRCI GO devra être intitulé ainsi :
Ville de la DRCI_NOM du porteur de projet_RPM2020_protocole (ou budget ou _schema ou _cv invest ou _cv methodo ou _centre associe ou _cofinanceur) Exemple : ANGERS_DUPONT_RPM2020_protocole ANGERS_DUPONT_RPM2020 schema
ANGERS_DUPONT_RPM2020_budget
ANGERS_DUPONT_RPM2020_LI
ANGERS_DUPONT_RPM2020_cv invest
ANGERS_DUPONT_RPM2020_cv methodo

Quelques recommandations

  • Attention au respect du cadre réglementaire
  • Le cahier d’observation, la lettre d’information au patient et le formulaire de consentement ne sont pas à déposer ni à annexer au protocole (ces documents ne sont pas évalués par les experts)
  • Identifier le méthodologiste sollicité lors de la rédaction du projet dans le projet complet.

ENGAGEMENT

Obligations des candidat.e.s

Les candidats sont tenus d’obtenir, préalablement à l’envoi de leur dossier de candidature, toutes les autorisations nécessaires à la reproduction et à la représentation des éléments constitutifs de leur dossier. L’organisateur ne pourra en aucun cas être tenu pour responsable d’aucun litige lié à la propriété intellectuelle ou industrielle attachée à l’un des éléments constitutifs d’un dossier de participation au concours.
Dans le cadre des actions de communication internes ou externes liées à cet appel à projets, les candidat·e·s autorisent par avance, pour une durée de un an à compter de leur candidature et pour le monde entier sans pouvoir prétendre à̀ aucun droit ni rémunération ni indemnité quel qu’il soit, l’organisateur à diffuser au public le descriptif de leurs projets et citer leurs noms et leurs établissements.
Les candidat·e·s renoncent ainsi uniquement pour les besoins de ce concours à revendiquer tout droit sur leur image et leur nom.
Le fait de participer à̀ ce concours implique l’acceptation totale du présent guide d’instructions. Il sera accessible pendant toute la durée de l’appel à candidature sur la page internet dédiée.

Obligations du.de la laureat.e

Dans le cadre des actions de communication internes ou externes liées à cet appel à projets, le·la lauréat·e autorise par avance, pour une durée de un (1) an à compter de la remise du prix et pour le monde entier sans pouvoir prétendre à̀ aucun droit ni rémunération ni indemnité quel qu’il soit, l’organisateur à :

  • citer leur nom (personnel et/ou de leur entreprise);
  • faire état de leurs actions et projets ;
  • utiliser et diffuser les vidéos et photographies pouvant être prises lors de présentations du projet et leurs noms ; sous toutes formes et par tous procédés connus et inconnus à ce jour, et sur tous supports actuels ou futurs du GCS HUGO et sans que cette liste soit limitative.

Le·la lauréat·e renonce ainsi uniquement pour les besoins de ce prix à revendiquer tout droit sur leur image et leur nom.
Le·la lauréat·e pourra être sollicité dans le cadre de la réalisation du bilan annuel d’avancement de l’étude.
Le·la lauréat·e mentionnera le soutien du GIRCI GO à l’occasion de toute action de communication ou publication résultant du projet financé « This work was granted by the French network of University Hospitals HUGO (‘Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest’).”

Engagement du récipiendaire de la subvention

La subvention est versée à la DRCI de rattachement après signature d’une convention entre le GIRCI Grand Ouest et l’institution concernée précisant l’usage des fonds.
Le récipiendaire et son institution s’engagent à :

  • Utiliser le montant de la subvention conformément au budget prévisionnel du projet
  • Informer HUGO de toute difficulté dans la réalisation du projet
  • Transmettre à HUGO, annuellement, un bilan annuel d’avancement de l’étude (bilan financier de l’utilisation de la subvention et rapport synthétique sur l’avancée du projet) sur demande du GCS HUGO
  • Mentionner le soutien du GIRCI GO à l’occasion de toute action de communication ou publication résultant du projet financé : « This work was granted by the French network of University Hospitals HUGO (‘Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest’).”

Les documents nécessaires à la soumission d’une candidature au présent appel à projets peuvent être téléchargés sur le site : http://www.girci-go.org

Pour toute information complémentaire :
CePotier@chu-angers.fr ou MaGuyon@chu-angers.fr
Groupement Interrégional de la Recherche Clinique et d’Innovation Grand Ouest
CHU d’Angers
4, rue Larrey
49933 ANGERS Cedex
02 41 35 63 55/ 02 41 35 63 43

Café Lecture – Alimentation Manger Mains, le plaisir au bout des doigts & bibliographie

Laura Couton est diététicienne au CHU de Tours.

Elle a choisi de vous présenter le 30 janvier prochain une revue de la littérature en lien avec son projet de recherche PLAID, le plaisir au bout des doigts: une approche Alimentation Manger Mains.

Journées de formation "Initiation à la Recherche en Soins"

Organisées par le Centre de Formation des Professionnels de Santé, CHU d’Angers

Thèse de Doctorat, Laurent POIROUX (Coordonnateur paramédical de la recherche GIRCI Grand Ouest)

Soutenue le 18 décembre 2019 à Angers, Ecole Doctorale Biologie Santé, spécialité Epidémiologie, analyse de risque, recherche clinique.

Laurent POIROUX a obtenu avec brio le titre de Docteur de l’Université d’Angers, comue Université Bretagne Loire, après avoir soutenue sa thèse portant sur l’Etude de l’impact des soins infirmiers sur le confort, la sécurité et le devenir des patients de réanimation.

Les Jeudis de la Recherche Paramédicale – Le programme du 1er trimestre 2020

Vous exercez une profession paramédicale et vous êtes intéressé par la recherche en soin?

Participez aux Jeudis de la Recherche Paramédicale du Réseau Recherches et Innovations Paramédicales du GIRCI Grand-Ouest chaque premier jeudi du mois, entre 14h30 et 15h00.

Qu’est ce que les Jeudis de la Recherche Paramédicale ?

Les « jeudis de la recherche paramédicale » sont un programme de formation et d’échanges organisé en web-conférences. Chaque session, de 30 minutes, est animée par un professionnel paramédical du Grand Ouest sollicité en regard de son parcours de chercheur ou de sa volonté de partager son engagement dans la recherche.

L’objectif spécifique de ces sessions est pédagogique : former à la recherche documentaire et inciter à la lecture d’articles scientifiques. Ces interventions permettent indirectement aux participants de mettre à jour leurs connaissances par la recherche. Ces prises d’information sont le premier pas d’une sensibilisation au recours à la lecture d’articles scientifiques pour répondre à des questions de soins et faire évoluer les pratiques. 

Les interventions sont de deux types : « Cafés-lecture » et « Ma vie de chercheur ». Elles ont pour objectifs l’émergence d’une culture scientifique chez les professionnels paramédicaux du Grand Ouest, la visibilité des professionnels engagés dans la recherche, la création de réseaux de partage et de collaborations.

Différents types d’intervention

Cafés lecture

Le professionnel présente un article scientifique en lien avec sa pratique ou sa recherche. Il expose la méthode de recherche bibliographique qu’il a réalisée puis propose une lecture critique.

Ma vie de chercheur

Le soignant partage son expérience de chercheur. Il présente la genèse et la conduite de son projet. Il en expose les forces et les faiblesses, les opportunités rencontrées et les menaces surmontées. L’objectif est d’inciter les soignants du Grand-Ouest à se lancer ou à confirmer leur engagement dans la recherche.  La mise en lumière de chercheurs confirmés permet d’engager des collaborations, prémices de futurs réseaux de chercheurs paramédicaux. 

Lieu de diffusion

Les participants ont accès au webinaire du lieu qu’il souhaite à partir d’un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Ils ont également accès au webinaire en replay.

Pour participer, il suffit de vous inscrire auprès d’Emilie du réseau Recherches et Innovations Paramédicales : emilie.gislier@gmail.com

Certains établissements ouvrent des salles pour diffuser la webconférence. Rapprochez vous de votre correspondant local (cf page Référents) pour connaître les salles ouvertes sur votre établissement.

Le programme

Retour sur les 5èmes JFRS, Angers, Nov. 2019

JFRS 2019 : paramédicaux, ils s’engagent dans des projets concrets de recherche

Depuis 2013, date où le CHU d’Angers, grâce à l’engagement de son Directeur général d’alors Yann Bubien, a organisé les 1eres Journées Francophones de la Recherche en Soins (JFRS), l’événement est pérenne et, avec lui, le dynamisme de toute une communauté soignante, engagée, elle aussi, dans des actions concrètes de recherche pour le mieux-être des patients. En matière de recherche paramédicale, le temps a fait son oeuvre, et la discipline livre aujourd’hui de beaux projets, soutenus par des professionnels de santé pugnaces et créatifs pour qui le projet de Doctorat n’est plus un rêve mais une finalité inscrite dans un cursus universitaire cohérent. L’édition 2019 des JFRS qui a réuni quelques 400 professionnels du soin, en a livré un très beau reflet !

Voilà ce que disait Isabelle Fromantin, infirmière PhD, expert en Plaies et Cicatrisation à l’Institut Curie (Paris) lors de la 3e édition des JFRS en décembre 2016 : « trop souvent encore, la recherche est positionnée à distance du soin, comme une discipline à part entière, compliquée à mettre en œuvre, très « intellectualisée » alors que la recherche en soin est une opportunité, un espace de liberté pour structurer des idées, des projets, et les mener à bien. Il s’agit même de revendiquer un double espace de liberté : celui de penser mais aussi de panser, dans une belle synergie qui reflète, amplifie et valorise la démarche clinique du professionnel de santé. Nous montrons ainsi notre engagement, notre « foi » en la recherche pour le mieux-être des patients que nous prenons en charge et qui restent au coeur de nos préoccupations ».

Il semble bien que cette manière de voir, de vivre et d’habiter la recherche paramédicale ait fait des émules lors de l’édition 2019 des JFRS, à Angers, les 28 et 29 novembre derniers, si l’on en juge par le nombre de projets de recherche présentés et leur qualité scientifique mais aussi la vivacité, l’engagement et l’expertise de leurs auteurs. Et les perspectives semblent excellentes d’autant que si, jusqu’à présent, les infirmier(e)s qui menaient des travaux de recherche le faisaient sous le couvert d’autres spécialités, l’annonce récente de l’ouverture d’une nouvelle section au sein du Conseil National des Université (CNU) en « Sciences Infirmières » leur ouvre la voie vers le titre de Docteur en Sciences infirmières.

« Pour tout soignant, en effet, s’investir dans la recherche est un moyen de garder élevé son niveau de satisfaction au travail, de réfléchir en continu à la qualité des soins et aux moyens de la préserver ; une magnifique mission qui, par les temps qui courent, devient plus que nécessaire ».

La recherche paramédicale : un mode d’action au quotidien

Sylvie Solorzano, Directrice des soins, coordinatrice des Instituts et Écoles au CHU d’Angers et responsable de la Recherche Paramédicale au sein de cet établissement, le soulignait lors de l’interview qu’elle nous donnait à la veille des 5e Journées Francophones de la Recherche en Soins 2019 : « nous ne parlons plus de recherche uniquement en soins infirmiers mais bien de recherche paramédicale et donc d’interdisciplinarité. Les autres filières, notamment les kinésithérapeutes, les ergothérapeutes ou les manipulateurs d’électroradiologie médicale (MERM), sont également très actives en matière de projets de recherche. Il est important que les acteurs paramédicaux de toutes filières se rencontrent et impulsent des travaux en lien avec des prises en charge pluri professionnelles. Les soignants prennent conscience que la recherche peut aussi être un mode d’action au quotidien, qui approfondit, vérifie et restructure une pratique soignante. Les JFRS contribuent à cette évolution de perception ».

La recherche paramédicale avance et s’enrichit de nouveaux travaux avec des perspectives pratiques au bénéfice des patients.

La prévention en santé : domaine d’activité et de recherche

« Les débats, cette année, se sont portés sur la prévention en santé. On a beaucoup parlé de prise en charge curative lors des éditions précédentes, mais peu de prévention. Or, celle-ci constitue un enjeu fort des politiques de santé actuelles, notamment affirmé depuis dans le projet « Ma Santé 2022″ », rappelait Sylvie Solorzano. Ljiljana Jovic, Présidente du Comité scientifique des JFRS 2019, argumentait dans ce sens, « l’étendue des missions des professionnels de santé est large allant de la promotion de la santé, aux soins curatifs et palliatifs. Le systéme de santé français, longtemps centré sur les soins curatifs, met l’accent sur la prévention primaire, secondaire et tertiaire. Les professionnels de santé, quel que soit leur milieu d’exercice ou leur fonction, s’engagent aujourd’hui dans des activités de dépistage et/ou de soins, conseils et recommandations qu’ils prodiguent pour une vie plus saine. L’accélération de la recherche et la mise en relation plus rapide entre les phénomènes observés et les pathologies connues, aiguës ou chroniques, l’apparition de nouvelles maladies permet de disposer des connaissances pour comprendre et agir. Le sujet est vaste, les questions nombreuses et le champ de la recherche immense et passionnant ».

180 secondes pour convaincre

Mettre du concret dans les projets de recherche, les présenter de façon simple et compréhensible de tous, démocratiser d’une certaine façon la recherche paramédicale, la rendre accessible, telle est la finalité de « Ma recherche en 180 secondes », moment fort des JFRS. Initiée lors de l’édition 2018, cette session créative et récréative puisque c’est le public qui vote, a permis à 17 candidats de présenter leur sujet et leur travail avec des thématiques très variées : améliorer les programmes nutritionnels, suivi des jeunes suicidants, sommeil des prématurés, accompagnement des patients BPCO, prévention des effets délétères de l’hormonothérapie, actions auprès de patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde, utilisation de vibrations pour les suites d’un AVC… 180 secondes c’est très court et le chronomètre peut ne pas être toujours le meilleur ami du chercheur ! Une chose est sûre cependant, l’enthousiasme était au rendez-vous, tant du côté des chercheurs que de l’assemblée : créativité, expression, éloquence, envie, engagement, pugnacité… autant d’éléments qui servent le leadership infirmier et plus largement le leadership paramédical !

Des soignants recompensés pour leurs travaux de recherche, des projets qui mettent en valeur le dynamisme d’une communauté que l’on dit trop souvent et globalement déprimée, voire désespérée…

Des récompenses pour certains, la reconnaissance pour tous !

Il est de coutume, lors des JFRS, de récompenser quatre projets de recherche, dans quatre catégories spécifiques : Prix scientifique du Jury du meilleur poster, Prix du public du meilleur poster, Prix de la meilleure communication orale libre et Prix de la meilleure présentation « Ma recherche en 180 secondes ». Voici donc les lauréats 2019 :

  • Prix scientifique du Jury du meilleur poster (Prix Hospimedia) : Guillaume Decormeille, infirmier, doctorant en sciences de l’éducation : Intégration des simulateurs numériques dans la formation initiale des étudiants en soins infirmiers. Guillaume avait d’ailleurs publié sur infirmiers.com un article intitulé « En route vers le Doctorat : parcours du combattant d’un infirmier pugnace. »
  • Prix du public du meilleur poster (Prix CHU Angers) : Magali Granger, infirmière hypno-praticienne, CHU Rennes : « Pose en autonomie d’une sonde nasogastrique grâce à l’hypoanalgésie »
  • Prix de la meilleure communication orale libre (Prix infirmiers.com et cadredesante.com) : Aude Bull, psychomotricienne, Ph.D – Université Paris Descartes, Boulogne-Billancourt : »Technique d’installation lors de soin peau à peau en néonatalogie. Vers une optimisation de ses bénéfices multiples.
  • Prix de la meilleure présentation « Ma recherche en 180 secondes » (Prix Elsevier Masson) : Karim Jamal, kinésithérapeute, CHU Rennes, « Effets à long terme des vibrations répétés du muscle gluteus medius sur l’asymétrie posturale et sur la marche après un AVC chronique. »

L’invitation de Laurent Poiroux, responsable scientifiques des JFRS, Coordinateur paramédical de la recherche au CHU d’Angers, Coordonnateur du réseau Recherches et Innovations Paramédicales du GIRCI Grand-Ouest, « venez intégrer une communauté enthousiaste, dynamique engagée dans l’innovation et la qualité du soin » a bien été entendu. Les JFRS, poursuit-il, « sont en effet un temps de rencontres entre chercheurs novices, chercheurs expérimentés et paramédicaux en quête de perspectives et ce, dans une dimension interprofessionnelle puisque quasiment toutes les professions paramédicales y sont représentées, favorisant ainsi une approche croisée ». Au fil des communications, on a en effet pu entendre des infirmier(e)s hospitaliers mais aussi libéraux, des puéricultrices, des infirmiers anesthésistes, des infirmier(e)s de pratique avancée, des cadres de santé, des diététiciennes, des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes, des anthropologues, des psychologues cliniciens, des coordonnateurs de recherche paramédicale, des médecins de santé publique… Une communauté soignante engagée dans sa pratique, tournée vers l’expertise clinique au service de la personne soignée. Le patient, lui-même, n’était pas absent des débats. Hélène Constant, patiente experte, ou ressource, au CHU de Nantes, a montré à partir de son expérience personnelle, sa volonté de reprendre le pouvoir sur sa santé et son désir de voir le patient ressource impliqué, intégré dans les programmes d’éducation thérapeutique et à en montrer les bénéfices. La boucle est ainsi bouclée : une synergie au bénéfice de tous, professionnel de santé et patient.

Les JFRS 2019 : une édition très réussie si l’on en juge par le nombre de projets de recherche présentés et leur qualité scientifique mais aussi la vivacité, l’engagement et l’expertise de leurs auteurs.

Bernadette FABREGAS

Rédactrice en chef Infirmiers.com

bernadette.fabregas@infirmiers.com

@FabregasBern

Réseau TRYBU

TRauma sYstème Bretagne Urgence a pour objectif d’optimiser la prise en charge des patients polytraumatisés en région Bretagne

TRYBU regroupe les centres hospitaliers de Dinan, Fougères, Guingamp, Lannion, Lorient, Paimpol, Ploërmel, Pontivy, Redon, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Vannes et Vitré.

Ainsi, TRYBU fédère l’ensemble des acteurs de la prise en charge du patient polytraumatisé, que ce soit dans leur mission clinique, mais aussi dans leurs missions de formation et de recherche médicale et paramédicale nécessaires à tout système de soins performant.

Thématique du réseau

Patient Care Team (MeSH N04.590.715.550)

Lieu de coordination

CHU de Rennes

Coordonnateur / Animateurs

Association (loi 1901) TRYBU :
Président : Thomas LEBOUVIER – thomas.lebouvier@chu-rennes.fr
1er Vice-président : Alain GUILLON – alain.guillon@ch-stbrieuc.fr
2ème Vice-président : Damien HENRY – d.henry@ghbs.bzh
Trésorier : Thomas LE NORMAND – lenormand.thomas.pro@gmail.com
Secrétaire : Ludovic MEURET – ludovic.meuret@chu-rennes.fr

Mes coordonnées

Ludovic Meuret – IADE recherche au CHU de Rennes – 0612478316 – contact@trybu.org

Me suivre sur les réseaux sociaux

https://trybu.org

twitter: @TrybuReseau

Facebook: https://www.facebook.com/TRYBU-R%C3%A9seau-105487217612862/?modal=admin_todo_tour

Café Lecture – Soins infirmiers transitionnnels des plaies chroniques en gériatrie & bibliographie

Elodie Montaigne est infirmière libérale à Brocéliande et co-responsable du Diplôme d’Etat d’Infirmier.e en Pratique Avancée (DE IPA) de Rennes I.

Elle a choisi de vous présenter le 9 janvier dernier une revue systématique de la littérature portant sur les soins infirmiers transitionnels aux personnes âgées porteuses de plaies chroniques.

Colloque Interrégional de Recherche Paramédicale – GIRCI Est

Madame, Monsieur,

Le 24 mars 2020, s’ouvrira au CHU de Reims le septième Colloque Interrégional de Recherche Paramédicale du GIRCI Est ouvert à tous professionnels paramédicaux, formateurs des écoles et acteurs engagés dans le développement de la recherche paramédicale au sein de l’interrégion Est.

Initiés en 2013, les Colloques Interrégionaux de Recherche Paramédicale du GIRCI Est sont devenus un évènement incontournable pour valoriser la recherche en soins et pour témoigner du dynamisme interrégional et de la créativité des professionnels intervenant au plus près du patient.

Cette septième édition s’inscrit dans les dynamiques actuelles de « Ma Santé 2022 » d’amélioration de la qualité des soins et de prise en charge pour répondre aux besoins du « patient usager citoyen.

Cet événement réunira professionnels de santé et conférenciers pour présenter des projets de recherche ou initiatives innovantes et échanger autour du thème central : « La recherche en soins : une réponse aux besoins de santé et aux enjeux de demain».
Une table ronde à visée méthodologique, centrée autour d’un cas pratique permettra d’aborder les éléments clés relatifs à l’élaboration d’un projet de recherche.Tous les professionnels paramédicaux sont invités à partager et valoriser sous forme de communications orales ou affichées, leurs travaux de recherche initiés ou aboutis, initiatives et approches innovantes s’inscrivant dans ces thématiques, en soumettant un résumé directement en ligne selon les modalités précisées sur le site du GIRCI Est ou sur la page dédiée à cette journée via le lien ci-dessous :

L’appel à communications est ouvert jusqu’au mercredi 29 janvier 2020.

Les inscriptions au colloque et au buffet-déjeuner, gratuites mais obligatoires peuvent être réalisées en ligne jusqu’au lundi 10 mars 2020.

En cas de difficultés pour l’inscription en ligne, la soumission de résumé, ou pour toutes autres informations, veuillez prendre contact avec :

Mme Nathalie PORTIER
nathalie.portier@girci-est.fr
03.80.29.50.08

Nous espérons pour cette nouvelle édition, une forte mobilisation et vous remercions de diffuser cet appel à communications aux équipes intéressées.

Le réseau interrégional de recherche paramédicale du GIRCI Est
L’équipe de coordination du GIRCI Est