La Recherche Paramédicale du Grand-Ouest

Dressings and securements for the prevention of peripheral intravenous catheter failure in adults (SAVE): a pragmatic, randomised controlled, superiority trial

THE LANCET  VOLUME 392, ISSUE 10145P419-430, AUGUST 04, 2018

Dressings and securements for the prevention of peripheral intravenous catheter failure in adults (SAVE): a pragmatic, randomised controlled, superiority trial

Prof Claire M Rickard, Nicole Marsh, Prof Joan Webster, Naomi Runnegar, Emily Larsen,  Matthew R McGrail

Published:July 26, 2018
Summary
Background
Two billion peripheral intravenous catheters (PIVCs) are used globally each year, but optimal dressing and securement methods are not well established. We aimed to compare the efficacy and costs of three alternative approaches to standard non-bordered polyurethane dressings.
Methods
We did a pragmatic, randomised controlled, parallel-group superiority trial at two hospitals in Queensland, Australia. Eligible patients were aged 18 years or older and required PIVC insertion for clinical treatment, which was expected to be required for longer than 24 h. Patients were randomly assigned (1:1:1:1) via a centralised web-based randomisation service using random block sizes, stratified by hospital, to receive tissue adhesive with polyurethane dressing, bordered polyurethane dressing, a securement device with polyurethane dressing, or polyurethane dressing (control). Randomisation was concealed before allocation. Patients, clinicians, and research staff were not masked because of the nature of the intervention, but infections were adjudicated by a physician who was masked to treatment allocation. The primary outcome was all-cause PIVC failure (as a composite of complete dislodgement, occlusion, phlebitis, and infection [primary bloodstream infection or local infection]). Analysis was by modified intention to treat. This trial is registered with the Australian New Zealand Clinical Trials Registry, number ACTRN12611000769987.
Findings
Between March 18, 2013, and Sept 9, 2014, we randomly assigned 1807 patients to receive tissue adhesive with polyurethane (n=446), bordered polyurethane (n=454), securement device with polyurethane (n=453), or polyurethane (n=454); 1697 patients comprised the modified intention-to-treat population. 163 (38%) of 427 patients in the tissue adhesive with polyurethane group (absolute risk difference −4·5% [95% CI −11·1 to 2·1%], p=0·19), 169 (40%) of 423 of patients in the bordered polyurethane group (–2·7% [–9·3 to 3·9%] p=0·44), 176 (41%) of 425 patients in the securement device with poplyurethane group (–1·2% [–7·9% to 5·4%], p=0·73), and 180 (43%) of 422 patients in the polyurethane group had PIVC failure. 17 patients in the tissue adhesive with polyurethane group, two patients in the bordered polyurethane group, eight patients in the securement device with polyurethane group, and seven patients in the polyurethane group had skin adverse events. Total costs of the trial interventions did not differ significantly between groups.
Interpretation
Current dressing and securement methods are commonly associated with PIVC failure and poor durability, with simultaneous use of multiple products commonly required. Cost is currently the main factor that determines product choice. Innovations to achieve effective, durable dressings and securements, and randomised controlled trials assessing their effectiveness are urgently needed.
Funding
Australian National Health and Medical Research Council.

Café Lecture – Projet KTESCA: cathéter & altération cutanée en pédiatrie

Ma Vie de Chercheur – Drainage lymphatique manuel après chirurgie orthognathique

Axel Di Vittorio est kinésithérapeute et cadre de santé au CHU de Tours.

Il a choisi de vous présenter le 25 juin prochain son parcours en recherche, avec un focus sur son projet DELMOF auréolé d’un PHRIP en 2012, un essai randomisé visant à déterminer l’impact du drainage lymphatique manuel sur l’oedème post-opératoire de la face et du cou après chirurgie orthognathique.

Café Lecture – Electrostimulation neuromusculaire et réhabilitation respiratoire dans la BPCO

Ma Vie de Chercheur – Asymétrie posturale et hémiplégie

Ministère des Armées: Appel à projets de solutions innovantes pour lutter contre le COVID-19

Cet appel à projets du ministère des Armées, lancé par l’Agence de l’Innovation de Défense (AID), dans le cadre du plan gouvernemental de lutte contre le COVID-19, vise à disposer de propositions pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Il porte sur la recherche de solutions innovantes, qu’elles soient d’ordre technologique, organisationnel, managérial ou d’adaptation de processus industriels, qui pourraient être directement mobilisables afin de : protéger la population, soutenir la prise en charge des malades, tester la population, surveiller l’évolution de la maladie au niveau individuel et l’évolution de la pandémie, ou aider à limiter les contraintes pendant la période de crise

Important : les projets devront être d’une maturité technologique suffisante pour être employables pendant l’actuelle pandémie. Ces solutions innovantes devront être facilement et rapidement reproductibles et s’appliquer à l’échelle de l’ensemble du territoire national dans l’enveloppe budgétaire définie. 

Un budget de 10 000 000€ TTC est prévu pour cet appel à projets, qui vise à financer un à plusieurs projets d’intérêt. 

Pour permettre le soutien d’un maximum de projets prometteurs, sauf exceptions dûment justifiées, les projets retenus par cet appel à projets ne seront pas cumulables avec les financements flash mis en place par l’UE ou l’ANR : 

  • Appel à projets de l’Agence nationale pour la recherche (ANR) :

https://anr.fr/fr/detail/call/appel-a-projets-flash-covid-19/

  • Appel à projets de la Commission européenne :

https://ec.europa.eu/info/news/startups-and-smes-innovative-solutions-welcome-2020-mar-13_en

Les propositions de réponse sont attendues et évaluées au fil de l’eau jusqu’au 12 avril 2020. Les propositions tardives pourront être étudiées mais les chances de succès seront fortement réduites.

CE QUE NOUS RECHERCHONS

Nous avons identifié un certain nombre de domaines et de situations concrètes pour lesquels nous pressentons des améliorations possibles :

  • Protections individuelles ou collectives, soignants et populations (e.g. masques, « hygiaphones de fortune », concepts innovants de protection, de barrières, techniques de recyclage, Do It Yourself, etc.) ;
  • Gestion de la distance de sécurité entre individus ;
  • Automatisation de tâches pour le prélèvement, le nettoyage du matériel ou des salles ;
  • Facilitation du déploiement d’hôpitaux de campagne en soutien aux populations ; 
  • Gestion de crise, aiguillage, structuration/modularité des chaînes de prise en charge (e.g. gestion logistique, RH, etc.) ;
  • Production de nouvelles solutions de décontamination pour tout type de surface, pour petits et grands matériels, pour les espaces de vie, etc. ; 
  • Capacité de production en masse de solutions de décontamination ; 
  • Soutien à la prise en charge médicale (production du matériel ou traitement manquant, concept de recyclage, de détournement ou autre idée permettant de pallier ces manques) ;
  • Détection du virus dans l’environnement ; 
  • Diagnostic et autodiagnostic rapide et conduite à tenir associée – dépistage massif – dépistage participatif ; 
  • Gestion de l’impact psychologique individuel et sociétal (communication et sensibilisation sur la crise et l’épidémie, amélioration de la perception du risque d’épidémie, gestion de l’après crise, etc.) ;
  • Facteurs de limitation des déplacements et lutte contre la transgression ;
  • Amélioration du travail à distance (outils de continuité numérique, sécurisation, etc.) ;
  • Amélioration de la vie en isolement à domicile (numériques mais aussi hors solutions numériques) ;
  • Autres thèmes dûment argumentés.

Nous ne sommes pas seulement intéressés par des technologies nouvelles ; le caractère innovant des propositions pourra consister à réorienter des technologies ou des processus industriels existants (par exemple détourner une usine de production de parfum pour en faire du gel hydroalcoolique).

Nous acceptons les propositions provenant de tous types d’opérateurs : académiques, petites, moyennes entreprises, entreprises de taille intermédiaire, grands groupes. Des groupements constitués de ces différents types d’opérateurs seront possibles. En fonction du vecteur de financement ou d’acquisition utilisé, des restrictions sur l’origine ou la taille des opérateurs économiques pourront être appliquées.

Les propositions internes des personnels civils et militaires du ministère des Armées sont également les bienvenues.

CE DONT NOUS NE VOULONS PAS

Votre proposition ne doit pas proposer une innovation en cours de maturation qui n’a aucune chance d’être employée pour lutter contre l’actuelle pandémie.

CONTENU DE LA PROPOSITION

Compte tenu de l’urgence du projet, la présentation et les justificatifs devront être les plus concis et précis possibles. La proposition doit contenir les documents suivants :

  • le descriptif technique de la solution proposée et le cas d’usage (utilisateur, situation d’emploi) auquel cette solution répond.
  • le plan projet comprenant :
    • Un planning des développements et de la mise en service identifiant les jalons et les livrables permettant de suivre l’avancement du projet ; 
    • Une décomposition du prix de la proposition, en distinguant le cas échéant la part financée par le ministère des Armées et d’autres sources de financement. Le déposant pourra utilement proposer des éléments optionnels dans sa proposition
  • Un document de justification explicitant l’apport du projet pour chacun des 3 critères d’évaluation infra (impact, crédibilité, calendrier).

Le dossier total ne dépassera pas 30 pages.

SELECTION DES PROJETS D’INTERET

Critères obligatoires

Les propositions seront analysées au regard des critères obligatoires ci-dessous :

  • La solution proposée s’inscrit dans le périmètre de l’appel à projets (cf. « Ce que nous recherchons » et « Ce dont nous ne voulons pas ») ;
  • La proposition contient un plan projet ;
  • La proposition justifie l’intérêt du projet pour chacun des trois critères d’évaluation présentés infra.

Seules les propositions remplissant l’ensemble des critères obligatoires seront analysées au fil de l’eau lors de la sélection des projets.

Critères d’évaluation

Un comité d’évaluation impliquant différents experts du ministère des Armées évaluera les propositions au fur et à mesure de leur réception. Les évaluateurs ne sont pas autorisés à entrer en contact avec les déposants concernant leur proposition. Les évaluateurs ne pourront utiliser les informations contenues dans les propositions qu’aux seules fins de l’évaluation.

Cette évaluation sera fondée sur les 3 critères suivants :

  • Impact : les bénéfices anticipés (pour la population, les cycles de décision, les personnels de santé…) ;
  • Crédibilité : tout élément de preuve, scientifique ou technique, permettant de confirmer la faisabilité du projet ;
  • Calendrier : délai de mise en œuvre de la solution.

Le choix de financer une proposition est fondé sur les résultats d’évaluation, sur le coût de chaque proposition vis-à-vis du budget disponible et sur des considérations d’ordre stratégique pour la personne publique.

Les déposants dont la proposition n’aura pas été retenue pourront demander un avis synthétique sur leur proposition. 

MODALITES PRATIQUES

Budget et contractualisation

L’AID prévoit un budget total de 10 000 000 € TTC, visant à financer entre un et plusieurs projets.

Date limite de remise des propositions

Les propositions de réponse sont attendues et évaluées au fil de l’eau jusqu’au 12 avril 2020. Les propositions tardives pourront être étudiées mais les chances de succès seront fortement réduites. 

Les propositions émises par les opérateurs économiques (personnes morales) doivent être déposées à l’adresse suivante : 

https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/appel-a-projets-aid-covid-19

Les propositions émises par les personnels civils et militaires du ministère des Armées (personnes physiques) doivent être déposées à l’adresse suivante : 

https://www.demarches-simplifiees.fr/commencer/appel-a-projets-aid-covid-19-innovateurs-minarm

Un accusé sera transmis dès réception de la proposition.

Important : en remettant son dossier, le déposant accepte sans réserve les conditions de l’appel à projets.

QUESTIONS

Vous pouvez poser toute question relative à l’appel à projets via l’adresse suivante : 

agenceinnovation.dir.fct(a)intradef.gouv.fr

Café Lecture – Projet ANEV-3D Evaluation de l’intérêt d’une procédure simulée réalisée sur modèle imprimé dans le traitement endovasculaire des anévrismes carotido-sylviens

Samuel Guigo est manipulateur en electroradiologie médicale au service d’imagerie médicale de l’unité de neuroradiologie interventionnelle du CHU de Brest.

Il a choisi de vous présenter le 02 avril prochain ses travaux portant sur une procédure simulée dans le traitement endovasculaire d’anévrismes cérébraux, faisant écho avec son projet ANEV-3D, récemment primé par un PHRIP fin 2019.

Impact d’un protocole d’alimentation précoce, chez les patients victimes d’un AVC aigu, sur leur état nutritionnel

Le réseau « Recherches et Innovations Paramédicales » du GIRCI Grand-Ouest conduit depuis février 2019 un projet de recherche collaboratif avec des diététiciens nutritionnistes, en partenariat avec des professionnels de neurologie, d’endocrinologie et d’orthophonie.

Un projet collaboratif, c’est quoi ?

Un projet de recherche collaboratif est composé d’un consortium d’au moins deux entités dans l’objectif de travailler sur une thématique de recherche. Dans le cas de ce projet, les entités seront des professionnels paramédicaux diététiciens.
Les professionnels deviennent des partenaires et se regroupent en un consortium, sous l’impulsion d’un porteur, dans le but de développer ensemble les thématiques soulevées en y apportant chacun sa contribution à hauteur de ses compétences et de ses moyens.

Un projet collaboratif permet à son porteur et aux partenaires de s’associer pour :

  • Mutualiser les compétences et les outils pour co-écrire un projet de recherche multicentrique
  • Fédérer les équipes de diététique de l’inter-région autour d’un projet
  • Se former à la recherche en soin

Qui sont les acteurs du projet?

Ce projet s’inscrit dans un des 4 axes thématiques promu par le réseau Recherches et Innovations Paramédicales du GIRCI Grand Ouest. Il est coordonné par le réseau et associe des professionnels investis dans la bulle thématique « Recherche et Nutrition » animée par Emilie Gislier et Régis Frénais.

Comment la question de recherche a t elle été choisie ?

La thématique du projet a été définie à l’issue d’un sondage auprès de partenaires diététiciens nutritionnistes du Grand Ouest (hors libéraux, prestataires de santé et restauration) en avril 2019. La question de recherche a ensuite été affinée au cours des réunions de travail et porte sur l’évaluation de l’impact d’un protocole d’alimentation précoce, chez les patients victimes d’un AVC aigu, sur leur état nutritionnel.

Comment s’organise le travail ?

Une webconférence est organisée toutes les 3 semaines le mardi de 15h30 à 17h00 et les personnes investies sur le projet y participent depuis leur établissement. L’animateur du projet mène cette visioconférence depuis les différents établissements les uns après les autres. Les webconférences sont enregistrées et disponibles sur demande.

Ces réunions seront organisées en 3 temps :

  1. Bilan sur l’avancée du projet et présentation du résultat du travail intercession
  2. Temps de formation méthodologique
  3. Relevé de décision sur les travaux à mener

Quel est l’état d’avancement du projet ?

Le projet a pris son rythme de croisière sur 3 volets :

Formation

  • Lecture critique d’article, sources documentaire (Medline/Pubmed, Cochrane, Google scholar), typologie d’études – mai 2019
  • Archivage des résultats (Pubmed), gestion de la bibliographie (Zotero) – juillet 2019
  • Accès extranet et partage de bibliographie (Zotero) – septembre 2019
  • Structuration du protocole de recherche – octobre 2019
  • Recherche de données cliniques (Clinicaltrials.gov) – novembre 2019
  • Présentation d’une trame de Lettre d’Intention – février 2020

Présentation d’articles

  • Présentation collégiale de recherches d’articles – juillet 2019
  • Mini Nutritional Assessment (Chartres) – octobre 2019
  • Intérêt nutritionnel d’une nutrition entérale précoce post AVC (La Roche s/Yon) – décembre 2019
  • Effet du timing et de la méthode de la renutrition par voie entérale chez des patients dysphagiques suite à un AVC (Nantes) – janvier 2020
  • Impact de la nutrition entérale précoce suite à un AVC sur le pronostique à court terme (Le Mans) – février 2020

Question de recherche

  • Rédaction d’un rationnel d’étude (Rennes) – octobre 2019
  • Réflexion sur les hypothèses testées et les critères de jugement – novembre 2019
  • Proposition d’un premier schéma d’étude (hypothèse, objectifs & critères) – janvier 2020
  • Proposition d’un second schéma d’étude (hypothèse, objectifs & critères) – février 2020
  • Réunion pluri-professionnelle présentielle CHU Angers – mars 2020

Plus de renseignements?

regis.frenais@chu-angers.fr – 02.41.35.64.06 / 07.62.25.70.00

Les Jeudis de la Recherche Paramédicale – Le programme du 2ème trimestre 2020

Vous exercez une profession paramédicale et vous êtes intéressé par la recherche en soin?

Participez aux Jeudis de la Recherche Paramédicale du Réseau Recherches et Innovations Paramédicales du GIRCI Grand-Ouest chaque premier jeudi du mois, entre 14h30 et 15h00.

Qu’est ce que les Jeudis de la Recherche Paramédicale ?

Les « jeudis de la recherche paramédicale » sont un programme de formation et d’échanges organisé en web-conférences. Chaque session, de 30 minutes, est animée par un professionnel paramédical du Grand Ouest sollicité en regard de son parcours de chercheur ou de sa volonté de partager son engagement dans la recherche.

L’objectif spécifique de ces sessions est pédagogique: former à la recherche documentaire et inciter à la lecture d’articles scientifiques. Ces interventions permettent indirectement aux participants de mettre à jour leurs connaissances par la recherche. Ces prises d’information sont le premier pas d’une sensibilisation au recours à la lecture d’articles scientifiques pour répondre à des questions de soins et faire évoluer les pratiques. 

Les interventions sont de deux types : « Café Lecture » et « Ma Vie de Chercheur ». Elles ont pour objectifs l’émergence d’une culture scientifique chez les professionnels paramédicaux du Grand Ouest, la visibilité des professionnels engagés dans la recherche, la création de réseaux de partage et de collaborations.

Différents types d’intervention

Café lecture

Le professionnel présente un article scientifique en lien avec sa pratique ou sa recherche. Il expose la méthode de recherche bibliographique qu’il a réalisée puis propose une lecture critique.

Ma Vie de Chercheur

Le soignant partage son expérience de chercheur. Il présente la genèse et la conduite de son projet. Il en expose les forces et les faiblesses, les opportunités rencontrées et les menaces surmontées. L’objectif est d’inciter les soignants du Grand-Ouest à se lancer ou à confirmer leur engagement dans la recherche.  La mise en lumière de chercheurs confirmés permet d’engager des collaborations, prémices de futurs réseaux de chercheurs paramédicaux. 

Lieu de diffusion

Les participants ont accès au webinaire du lieu qu’il souhaite à partir d’un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Ils ont également accès au webinaire en replay (via la chaÎne YouTube du CHU d’Angers).

Pour participer, il suffit de vous inscrire auprès d’Emilie du réseau Recherches et Innovations Paramédicales : emilie.gislier@chu-angers.fr

Certains établissements ouvrent des salles pour diffuser la webconférence. Rapprochez vous de votre correspondant local (cf page Référents) pour connaître les salles ouvertes sur votre établissement.

Le programme

Prix de Recherche 2020 SFETD / Fondation APICIL

« Innovations physiopathologiques, diagnostiques et thérapeutiques
au service des patients douloureux »

En partenariat avec la SFETD, la Fondation APICIL attribue le Prix SFETD/ Fondation APICIL « Innovations physiopathologiques, diagnostiques et thérapeutiques au service des patients douloureux » d’un montant de 15000 euros pour permettre à un professionnel de santé (médical ou paramédical), un jeune chercheur scientifique en cours de thèse ou en stage postdoctoral, de réaliser, poursuivre ou achever un projet de recherche dans le domaine de la douleur.

Le jury sera constitué par la Commission recherche et comportera des membres du Conseil d’administration de la Société Française d’Etude et de Traitement de la Douleur et d’un représentant de la Fondation APICIL.

Critères de la recherche

Les projets doivent obéir aux critères suivants :

  • Constituer un apport dans le champ de la douleur,
  • Ouvrir vers des perspectives cliniques,
  • Placer l’Humain au centre de la réflexion.

Les projets doivent en outre présenter :

  • Un caractère d’innovation ou d’originalité,
  • Une évaluation d’impact, quand elle est possible,
  • Une méthodologie rigoureuse,
  • Une définition en termes de budget, de délais de réalisation et de cadre d’intervention,
  • Des objectifs précis.

Critères d’évaluation de la candidature :

  • Candidat : cursus, qualité des publications, projet professionnel.
  • Projet : originalité et innovation, méthodologie, faisabilité, qualité rédactionnelle, description des travaux réalisés par le candidat, qualité des résultats déjà obtenus, aspect éthique.
  • Responsable scientifique et structure d’accueil : expertise du responsable scientifique dans le domaine de la recherche proposée, expérience d’encadrement, qualité de la structure (laboratoire ou service médical) d’accueil.

Critères d’éligibilité :

  • La structure d’accueil est le bénéficiaire du prix.
  • Le responsable scientifique (encadrant) doit être membre de la structure (laboratoire ou service médical) d’accueil.
  • Un responsable scientifique bénéficiant d’une aide de la SFETD en cours de financement à la date du jury concerné, ne peut pas demander d’aides individuelles pour d’autres candidats.
  • Un responsable scientifique ne peut être impliqué que dans une seule demande par session du jury.

Obligations :

Le lauréat s’engage à :

  • Effectuer la recherche sur une période maximale de 3 ans,
  • Communiquer à la SFETD un compte-rendu du travail effectué,
  • Mentionner l’aide accordée par la SFETD et la Fondation APICIL dans toute publication relative aux travaux effectués à la session avec l’aide de ce prix,
  • Présenter l’avancée de ses travaux lors du congrès annuel de la SFETD en novembre 2021 à Montpellier.

Le dossier de candidature comprendra :

  • Le formulaire de candidature, à demander au secrétariat administratif de la SFETD: sofradol@club-internet.fr
  • Curriculum vitae du candidat (2 pages max)
  • Curriculum vitae du responsable scientifique (2 pages max)
  • Liste des personnes impliquées dans le projet (indiquer nom, prénom, établissement d’appartenance, laboratoire, statut de chaque personne)
  • Liste des dix principales publications de la structure (laboratoire ou service médical) d’accueil au cours des 3 dernières années
  • Une lettre du responsable de la structure (laboratoire ou service médical) d’accueil
  • Le résumé du projet de recherche définissant le(s) objectif(s) poursuivi(s) en 10 lignes, présentant l’état actuel des connaissances avec les références essentielles en 2 pages, résumant le(s) protocole(s) et le programme actuel du sujet avec les références essentielles en 2 à 3 pages, l’estimation du coût financier et des possibilités de co-financement.

Informations relatives au suivi de la demande de financement :

Une notification relative à la recevabilité ou l’irrecevabilité administrative de la demande sera communiquée par courriel au candidat, 4 semaines environ après la clôture de l’appel à projets.
Toute demande incomplète ou non conforme sera jugée immédiatement irrecevable. Aucun recours n’est possible.
Seules les demandes admissibles administrativement seront soumises à l’expertise du jury.
Cependant, le jury se réserve le droit de retirer une demande pour laquelle un financement équivalent (durée et montant) aura été obtenu entre temps auprès d’un autre organisme.
Le prix peut ne pas être attribué, si la qualité des dossiers de candidature est jugée insuffisante.
Aucune décision ne sera communiquée par téléphone.
Le prix est attribué à la structure d’accueil. Il sera versé par la Fondation APICIL et fera l’objet d’une convention de mécénat entre la Fondation APICIL et la structure d’accueil.
Tout changement de bénéficiaire entrainera l’annulation de la demande.
La remise du prix se fera lors du Congrès annuel de la SFETD le vendredi 20 novembre 2020 à Lille. La présence du lauréat ou de son représentant est obligatoire.
La version électronique du dossier (un seul document pdf, respecter l’ordre) sera adressée au secrétariat administratif de la SFETD : sofradol@club-internet.fr (Pascaline Lavalade).

La date limite de remise du dossier est lundi 11 mai 2020 midi.

Le prix sera remis lors du Congrès annuel de la SFETD Le vendredi 20 novembre 2020 à Lille

RÉSUMÉ DU PROJET DE RECHERCHE DU PRIX 2020 SFETD / Fondation APICIL

https://www.sfetd-douleur.org/wp-content/uploads/2020/02/Formulaire-candidature-Prix-Gisele-Guilbaud-2020-Def.doc

Café Lecture – Projet SOCIAL SORTING & bibliographie sur le concept de discrimination aux Urgences

Benjamin Pilleron a été infirmier du service des Urgences du CHU d’Angers et est actuellement étudiant en master de sociologie des inégalités et des discriminations à l’Université de Strasbourg.

Il a choisi de vous présenter le 12 mars dernier un article de sociologie sur le concept de discrimination, faisant écho avec son projet SOCIAL SORTING primé par un PHRIP en 2016, portant sur la catégorisation sociale à l’accueil des Urgences & l’impact sur la prise en charge du patient.